Adieu, étiquettes tenaces!

Entre la déshydratation, le bricolage et mes drôles d’idées (sans parler de mes projets de vin maison), je finis par vouloir garder la plupart des contenants en verre qui entrent chez moi au lieu de les recycler. Parfois il suffit de laisser tremper et l’étiquette s’enlève toute seule (et je bénis alors le fabricant, comme pour mon super beurre d’arachide-juste-arachides dur à trouver mais dont les pots sont ensuite si pratiques!). Parfois c’est trop de travail et de peine et j’abandonne: le pot finit au recyclage (y a même une marque de sauce pour pâtes locale qui m’a fait rager: j’ai recyclé leurs pots Mason tant leur adhésif était tenace et mal choisi — selon moi et mon gros bon sens). On n’a qu’une vie. Mais là… j’ai trouvé ici ma solution. Et je l’ai testée!

Petit retour en arrière: ma fille a reçu pour Noël une brosse à cheveux toute simple qui fait des jaloux depuis. C’est que le Coco et moi avons chacun une tignasse en croissance active et que la petite brosse est vraiment parfaite pour combler un besoin que nous n’avions pas avant. Or la puce aime SA brosse à cheveux et la change de place… souvent. Impossible de nous y fier. Et justement, la brosse venait de chez Dolorama: j’en ai vu! Et quand ma fille a reçu la brosse, j’ai subrepticement enlevé son étiquette de princesse Disney (je ne serai pas absolument catégorique à ce chapitre, mais quiconque a une jeune fille vous dira que ces princesses-là entrent par tous les trous de la maison, sur des leggings qui semblaient à pois au magasin, sur des culottes qui finalement sont ornées de courronnes, sur par mal tout finalement!) et l’étiquette s’est bien enlevée. Alors… j’ai acheté deux autres brosses. Les étiquettes? Pas la même histoire. Du tout. La première image vous en montre une, après trempage et jurons.

J’ai donc (joie et culbutes) eu l’occasion de tester la solution anti-adhésif. La solution est facile à réaliser, fonctionne, est absolument non toxique (c’est pas le cas de tous les produits du commerce qui font le même truc…) et risque de durer infiniment. Il suffit (c’est vraiment simple!) de mélanger en proportions égales du bicarbonate de soude et de l’huile de coco (j’ai mis une grosse cuillerée de chacun). C’est tout. J’ai beurré épais, attendu un peu (sans savoir si c’était requis) et frotté. Tada! Plus d’étiquette, plus de résidu (photo ci-dessous)! Quelques égratignures sur le plastique, soit, mais on s’en fiche et ça ne se produira pas pour du verre, youpi! La surprise? c’est que le produit… est encore bon ensuite! J’ai tout remis dans le bol après avoir frotté, et rien ne manquait. Le tout attend la prochaine occasion de servir dans un petit pot au frigo!

131029 035
(J’ai réutilisé. Sur du verre, bingo, ça a fait le boulot sans égratignure! Mais selon la température, le mélange va devenir trop liquid epour être récupéré. Ça dépendra donc des circonstances et usages. J’imagine aussi que le résultat dépend de l’adhésif autant que de la surface!)

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.