Dans un sous-bois près de chez vous…

les trilles se préparent à ouvrir!
Non mais c’est pas facile, ces jours-ci, de se promener! Entre les cris des bernaches qui passent au-dessus et les trilles qui menacent d’éclore, je ne sais plus où regarder, moi!
Tout revit, peu importe le froid de canard (justement il y a un couple de colverts pas loin et je crois que la cane couve!).
Jusqu’à mon vieux chien qui a décidé de faire trempette chaque matin. Bon, il donne à ça l’air de tomber en buvant dans le lac, mais c’est de la poudre aux yeux: ensuite il fait son petit tour de nage canine avant de revenir s’ébrouer.
Je pars trop tard à mon goût, en ronchonnant…
et je reviens bien plus tard que prévu, photos en poche.
Non, ce n’est pas du tourisme, pas du je-te-prends-en-photo-tu-m’appartiens-je-passe-à-autre-chose.
C’est plutôt ma façon de vivre un peu plus. De profiter de ce qui m’entoure en le faisant durer un peu.
Parce que sinon tout va trop vite, des dents de ma fille qui se pensent dans la bouche d’une grande à mon fils, qui comprend tout et… range tout. (Ça ici c’est du ja-mais vu!)
Alors parfois, prendre le temps de regarder une fleur qui n’a pas encore éclos, et l’immortaliser… c’est capter un peu de bonheur et m’y prélasser.